Il y a un peu moins de 2 ans maintenant, la folie de l'aiguille à coudre m'avait piquée...

Et bien depuis quelques temps (depuis pâques pour être précise), la famille des aiguilles s'est agrandie :

DSCN0138

Il faut dire que je suis un peu comme Obélix, je suis un peu tombée dans la marmite étant petite. Tout ça, c'est une histoire de famille après tout :

J'ai toujours connu ma grand-mère tricoter. A bientôt 90 ans, c'est même un peu son baromètre de santé (tant qu'elle tricote, tout va bien, si elle s'arrête, c'est mauvais signe, si elle recommence, c'est que tout va mieux).

Ma mère tricot(ait) pas mal, un peu, toujours. En tous cas, c'est elle qui transcrit, explique, montre les modèles à la tricoteuse officielle. Ma grand-mère est italienne, alors il lui faut une petite synthétisation des explications mais ensuite peu de chose lui résiste. Et puis, comme elle dit souvent (même si elle n'aime pas trop ça) faire et défaire c'est travailler !

Mon autre grand-mère était épicière. En vendait de tout. Mais quand je dis tout, le mot n'est pas assez fort. Ça allait du robot ménager au bas nylon, du bouton au comté (le vrai bon fromage de franche-comté), du poisson au chewing-gum, des fruits aux rouges à lèvres, du sucre d'orge aux bottes en caoutchouc, du fil à canevas au pschitt orange... La liste est infinie et parmi tout ce bric à brac, voilà le trésor que j'ai trouvé au milieu des dizaines de cartons où séjournent encore quelques articles gardés comme des reliques :

IMG_5149

Il y a quelques paires d'aiguilles neuves mais dans l'ensemble, mon trousseau vient de la caverne de l'épicerie d'antan

Alors, le matériel offert par une mamie, quelques heures de remise à niveau avec une mémé et encore un peu de temps avec une maman ont donné trois générations bien contentes d'un échange simple et heureux.

Grâce à elle, j'ai rejoint le clan des tricoteuses.

MERCI